Share on twitter
Share on linkedin
Share on facebook

Blue back : Le transverse et son univers impitoyable

S’il y a bien un sujet qui divise chez les kinésithérapeutes c’est le transverse.

Grand oublié de nos IFMK (école de kiné), il est l’un des sujets phares de nos formations post-diplôme.

Hypopressif volontaire pour certains, stabilisateur passif lombaire pour d’autres, esthétique, gainant, inutile, profond, indispensable, lié au périnée ou au diaphragme … Ce muscle transverse nous divise autant qu’il anime nos apéros interprofessionnels.

Les apéros interprofessionnels ? Mais oui, rappelez-vous de ces moment où autour d’un verre nous parlions de nos patients, de l’URSSAF… et où à la fin, nous avions ce plaisir coupable de demander une facture au barman parce que «Hein, nous avons parlé boulot quand même». Bref, ces moments d’échanges conviviaux d’avant le Covid.

Si nous n’arrivons pas à nous mettre d’accord sur le rôle du transverse, nous sommes bien d’accord pour dire qu’il est parfois casse pied de l’expliquer à nos patients.

Et bien Blue Back c’est ça : un appareil de bio feedback du muscle transverse, c’est-à-dire un retour visuel des contractions musculaires du transverse.

Cet appareil est livré avec une tablette. L’application Blue Back contient des programmes de mesure, de bilan et de rééducation du transverse, ainsi que des cours d’anatomie et de biomécanique à destination des professionnels et des patients.

Simple d’utilisation, il permet de mesurer la qualité et la quantité de contractions du muscle transverse (et UNIQUEMENT du transverse).

Si bien que, quelques soient vos formations, vos croyances et vos thérapies incluant le transverse (post partum, lombalgie chronique, kiné du sport, esthétique, viscéral etc…) c’est VOUS qui choisirez COMMENT l’intégrer à VOTRE pratique.

Que ce soit pour évaluer un déficit d’activation du transverse lors d’un bilan ou pour un suivi précis de performances lors d’une rééducation, Blue Back nous permet d’en avoir une mesure.

Personnellement, ayant beaucoup de patients lombalgiques plus ou moins chroniques, j’aime l’utiliser dès la deuxième ou troisième séance, au moment où je commence à introduire le traitement actif.

J’évalue les capacités de mon patient à contracter son transverse : en contraction volontaire (par exemple lors de son geste sportif) et involontaire (lors de gestes de la vie courante).

Je demande à mon patient d’activer son transverse par l’aspiration de son nombril avec une expiration comme s’il faisait de la buée, et j’analyse :

  1. Si le transverse s’active
  2. Si cela modifie les symptômes
  3. Si mon patient arrive à dissocier abdos (grand droit et transverse)

En fonction des résultats, je peux décider d’inclure ou non la rééducation du transverse dans mon traitement.

En bonus pour mes patients sportifs, je regarde l’activité de leurs transverses lors de leurs modifications de patterns moteur… mais ça c’est juste pour ma curiosité personnelle 😊

Major Mouvement